La participation de l’Algérie à la 39ème session de la Conférence Générale de l’UNESCO

La participation de l’Algérie à la 39ème session de la Conférence Générale de l’UNESCO
(30 octobre – 03 novembre 2017)

 

Dans le cadre de la 39ème session de la Conférence Générale de l’UNESCO qui se déroule du 30 octobre au 14 novembre 2017 en son siège à Paris, Madame Nouria BENGHABRIT, Ministre de l’éducation nationale, Présidente de la Commission nationale pour l’éducation la science et la culture, Chef de la délégation algérienne, (UNESCO), a pris part aux travaux de la dite Conférence Générale.

Madame la Ministre a assisté, Lundi 30 Octobre 2017, à la cérémonie d’inauguration de la salle I présidée par Monsieur Stanley Mutumba SIMATAA, Président en exercice de la Conférence Générale en présence du souverain de Dubai, Ministre des finances.

L’ouverture de la 39ème session de la Conférence Générale de l’UNESCO a connu l’intervention du Président sortant, Président du Conseil exécutif, et la Directrice Générale Madame Irina BOKOVA. Ainsi que la Constitution du Comité de vérification des pouvoirs et du comité des candidatures.

Madame la Ministre a rencontré dans la même journée son homologue Chinois M. CHEN BAOSHENG, Ministre de l’éducation nationale. Il est à noter, que l’entrevue a permis un échange d’expériences entre les deux pays.

La discussion a mis l’accent sur le système éducatif Chinois qui a connu un essor remarquable notamment dans le développement des compétences professionnelles dans le domaine des Curricula, de la différenciation pédagogique, de la confection de manuels et de la formation des enseignants.

Un intérêt particulier est accordé à l’enseignement des mathématiques dans la perspective de donner à l’innovation toute sa place dans le développement économique.

Pour Le ministre Chinois le recentrage sur l’innovation a été atteint grâce aux efforts consentis par l’Etat depuis 20 ans.

De son coté, Madame la ministre de l’éducation nationale a mis en exergue les efforts de l’action de l’Etat Algérien au soutien scolaire des élèves, en particulier sur : la gratuité des manuels scolaires, la restauration, le transport scolaire ainsi que l’octroi de l’allocation de 3000 Dinars.

Un projet de lancement de l’enseignement de la langue chinoise est en préparation conclut-elle.

Les deux parties ont convenu de développer la coopération bilatérale dans le domaine de l’éducation.

Dans l’après-midi du 30 Octobre 2017, Madame la ministre a assisté à l’élection de la présidente, en l’occurrence Madame Zohour ALAOUI, Ambassadrice déléguée permanente du royaume du Maroc auprès de l’Unesco, l’élection des vices–présidents de la Conférence Générale, la mise en place des Commissions et Comités ainsi qu’à l’intervention du président du Conseil exécutif et de la Directrice Générale Madame Irina BOKOVA.

Madame la Ministre a participé, Mardi 31 Octobre 2017, à la rencontre du groupe africain avec les chefs de délégation africaines. Elle a exprimé l’appui de l’Algérie aux propositions du groupe africain tant au plan de la réforme gouvernance qu’à la mise en œuvre de l’ODD4 et sa vive préoccupation devant les actes commis sur certaines minorités jusqu’à porter atteinte à leur droit à la vie, ainsi que les atteintes au patrimoine humain matériel et immatériel dans différentes parties du monde.

Le 31 Octobre 2017, Madame la ministre a participé au forum des dirigeants sur : Les Objectifs du développement durable (ODD) et le rôle de l’Unesco dans le système multilatéral dans lequel ont pris part des chefs d’État et de Gouvernements invités.

Dans son allocution prononcée l’après-midi du Mercredi 01 Novembre 2017, Madame la Ministre, a mis l’accent sur les nouveaux acquis constitutionnels de 2016, tels que :
• la constitutionnalisation de Tamazight promue langue officielle et la
création d’une Académie pour réunir les conditions de sa promotion
et de sa concrétisation, à terme ;
• la consolidation de la garantie de la liberté de la presse sous toutes ses formes;
• l’ouverture des médias publics;
• l’interdiction de la sanction du délit de presse par une peine privative de liberté.

Elle a évoqué les défis nombreux et complexes auxquels fait face l’Algérie : scolarisation, inclusivité, équité, Qualité, l’ouverture sur le monde avec ses catégorisations et ses indicateurs, l’articulation indispensables entre le global et le local, la quantité et la qualité, l’algérianité et l’altérité.

Elle a souligné l’importance de la mise en place d’un «Haut Conseil de la Jeunesse» et de travailler à soustraire cette jeunesse au discours et aux sirènes de la radicalisation, d’un nihilisme et du désespoir personnel et social en créant les conditions sociales et professionnelles.

Dans le domaine de la culture, elle a indiqué l’apport du centre catégorie 2 de l’UNESCO en Algérie pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Afrique.

Enfin, Madame la ministre a exprimé l’appui de l’Algérie aux propositions du groupe africain tant au plan de la réforme de la gouvernance qu’à la mise en œuvre de l’ODD4 et sa vive préoccupation devant la situation imposée à certains minorités, allant jusqu’à porter atteinte au droit à la vie, ainsi que les atteintes au patrimoine humain matériel et immatériel dans différentes parties du monde.

Sur le plan géostratégique, Madame la ministre a souligné le rôle stabilisateur de l’Algérie dans la région, par le développement de la coopération éducative, culturelle, technique et scientifique.

Il est a noté, que Monsieur Abdelkader MESDOUA, Ambassadeur d’Algérie en France a offert, dans le cadre de la célébration du 1ère novembre, un diner en l’honneur de Madame la ministre de l’éducation nationale et la délégation qui l’accompagne.

Madame la Ministre a eu, Jeudi 02 Novembre 2017, un entretien avec Audry AZOULAY, la nouvelle Directrice Générale. Durant cet entretien Madame la ministre a mis l’accent sur les points suivants :

1. Félicitation à Madame Audrey AZOULAY pour son élection au poste de Directrice Générale de l’Unesco ;

2. Intérêt et partage de l’Algérie avec les grandes valeurs de l’Unesco pour son action pour la paix et le dialogue des cultures, l’équité et l’inclusivité et marque sa disponibilité à élargir la coopération avec l’Unesco ;

3. Développer les échanges avec l’Unesco pour le partage de l’expérience Algérienne dans le domaine de la prévention de l’extrémisme violant notamment face aux discours radicaux dans les réseaux sociaux ;

4. L’encouragement de l’Algérie à continuer de travailler avec l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine national matériel et immatériel.

Madame la Ministre a eu dans la même journée du 02 Novembre 2017 une audience avec son homologue, Madame Mailis Reps, Ministre de l’éducation de l’Estonie.

Suite à la question posée par Madame la Ministre de l’éducation sur les bons résultats de l’enquête PISA 2015, obtenus par les élèves estoniens, la Ministre de l’éducation de L’Estonie a développé les caractéristiques du système éducatif, en axant sur la dimension sociale qu’assure son pays, et ceci malgré la faiblesse de ses ressources, vis-à-vis des élèves en apportant le soutien en matière de gratuité du manuel scolaire, du transport, de la restauration et ceci pour éviter que les différences sociales soient un écueil à la bonne scolarité des élèves.

Sur les dimensions pédagogique et éducative, la finalité principale du système d’éducation estonien est de développer progressivement les compétences à l’innovation par la mise en œuvre de la résolution de problèmes à travers l’ensemble des matières. La compréhension de l’écrit constitue un aspect important dans le cursus d’apprentissage et un temps conséquent lui est consacré. Les pratiques pédagogiques avec l’introduction des TICE, n’excluent pas l’expérience acquise par les enseignants que ce soit au niveau des moyens pédagogiques ou au niveau de la pratique de classe. Des innovations dans la gestion des cours permettent aux enseignants d’assurer une maitrise des compétences par les élèves.

Les activités parascolaires jouent un rôle privilégié dans l’éducation des élèves mais aussi un moyen de motivation.

La proximité des infrastructures artistiques (arts, musique, sport) des établissements scolaires encouragent l’envie d’apprendre.

Des tests nationaux, à visée pédagogique, permettent d’identifier les élèves en difficultés et d’intervenir pour y remédier.

Un questionnaire adressé aux élèves a montré que ceux-ci sont heureux d’aller à l’école alors que les parents considèrent que les cours sont chargés.

Concernant les enseignants des recyclages périodiques sont dispensées permettant ainsi un renouvellement permanent de la culture pédagogique.

Madame la Ministre a assisté le même jour, à un déjeuner ministériel de haut niveau suite à l’invitation par le Vice Premier Ministre de la République de Corée du sud, le Représentant du Conseil des Ministres du Canada et du Québec.

Madame la Ministre a intervenu dans le débat :
Tout d’abord, félicitant le Ministre de l’éducation de la Corée Du Sud, M. Yeonghan Choi, le Ministre de l’éducation et du développement de la petite enfance de Terre-Neuve-et-Labrador, Monsieur Dale Kirby, et le ministre de l’éducation du loisir et du sport du Québec Monsieur Sébastien Proulx, et ce, d’avoir eu l’initiative d’organiser à la 39ème session de la Conférence Générale de l’Unesco un dialogue sur : les compétences globales et l’éducation à la citoyenneté mondiale.

Madame la ministre a souligné que les systèmes scolaires dans des régions comme la région arabe et Afrique sont :

1. Soumis à des phases de turbulences sociopolitiques avec violence remettant en cause y compris le droit à l’existence à la vie (Palestine, Irak, Niger, Mali etc.) ;

2. Font face à une instrumentalisation des religions à des fins politiques et pour certains vivent une dislocation des états-nation ;

3. Assistent à une perte des instances traditionnelles productrices d’autorité à l’échelle de l’individu comme de la collectivité : famille, école, État etc ;

4. Vivent un véritable tsunami informationnel sur les enfants et les jeunes ;

5. Sont confrontés à la rapidité des mutations sociales et technologiques et à l’attrait des discours extrémistes.

Madame la ministre a indiqué que cette situation impose des renégociations de tout ce qui apparaisse comme allant de soi dans un passé récent en citant à titre d’exemple :

• de renégocier avec les syndicats et les associations des parents d’élèves pour un nouveau consensus a constitué un des leviers pour le ministère de l’éducation Algérien pour reconstruire une véritable communauté éducative. Cette reconstruction contribue à la mise en place d’un climat scolaire favorable aux apprentissages ;

• de redéfinir les limites du tolérable doit prendre en références les
principes reconnue et les valeurs de l’Unesco.
Cette démarche bien que laborieuse a abouti à la signature de la charte d’éthique du système éducatif et reste aujourd’hui la seul voie possible pour assurer les conditions favorable à une rénovation pédagogique.

Madame la ministre a proposé à ce que l’Unesco :

• Continue à fournir des ressources méthodologiques, comme le guide pour la citoyenneté mondiale, le guide pour la prévention contre la radicalisation et la violence ;

• S’inspire des pays ayant produit des indicateurs pour mesurer par exemple la violence chez les élèves (baromètre- canada) ;

• Appui la recommandation de l’ONU sur « le vivre ensemble ;

• Produire des grilles de lectures critiques à l’intention des enseignants et des élèves.

Enfin elle a souligné que l’état et l’école sont redevable de la préservation de l’intégrité morale et intellectuel et existentiel de l’élevé.

Madame la Ministre a eu aussi, le 02 Novembre, un entretien avec son homologue Monsieur Hatem BENSALEM, Ministre de l’éducation Tunisien.

La Ministre a rappelé la qualité de la rencontre entre experts algériens et tunisiens sur les anthologies littéraires scolaires maghrébines dont la finalité est d’alimenter les manuels scolaires algériens et tunisiens de textes d’auteurs des trois pays maghrébins concrétisant ainsi une unité d’approche des valeurs des peuples.

Madame la Ministre a repris, à cette occasion, les étapes parcourues par le système éducatif depuis 2003, date de lancement de la réforme, en développant les phases d’évaluation et toutes les actions entreprises dans les domaines de la refonte pédagogique, de la gouvernance et de la formation ainsi que tous les efforts menés pour la stabilisation du secteur.

De son côté, Le Ministre Tunisien a évoqué le projet de réforme en cours qui réserve une part importante aux activités parascolaires et à la formation des enseignants. Tout en accentuant son intervention sur les défis que connait le secteur.

Il est à noter que, Madame la Ministre a été reçue en audience, Jeudi 02 Novembre 2017 par Madame Irina Georgieva BOKOVA, Directrice Générale de l’UNESCO dont le mandat arrive à terme, accompagnée par Monsieur Abdelkader-MESDOUA, l’Ambassadeur d’Algérie en France, Monsieur Said KHLEFI, Délégué permanent-adjoint auprès de l’UNESCO, Monsieur Nedjadi MESSEGUEM, Inspecteur Général au ministère de l’éducation nationale et Monsieur Mourad MAHMOUDI, Secrétaire Général de la Commission nationale algérienne pour l’Unesco.

Madame la Directrice Générale de l’Unesco, au cours de l’entretien et dans sa déclaration à la presse, a souligné, le soutien porté par l’Algérie à l’UNESCO lorsque celle-ci traversait une crise financière sérieuse et a affirmé l’intérêt particulier porté par le président de la république algérienne Monsieur Abdelaziz Bouteflika à la jeunesse et aux défis de l’éducation,

De son côté, Madame la Ministre a valorisé le bilan du mandat de la Directrice Générale dans les domaines de l’éducation, la science et la culture et de, tout en assurant que, les l’objectifs de l’organisation mondiale à travers l’ODD 4 sont pris en charge à travers les programmes scolaires Algériens, tels que l’équité et l’inclusivité.

Madame la Ministre a également noté, l’intérêt pour la communauté internationale de bénéficier de l’expérience de l’Algérie et qui devrait apparaitre dans le bilan présenté devant la Conférence Générale en matière, notamment le combat contre l’extrémisme violent.

Il est à signaler que l’Algérie a participé dans la même après-midi du 1er Novembre 2017, à la réunion de haut niveau sur le thème : « Renforcement des responsabilités dans la mise en œuvre de l’Objectif de Développement Durable numéro 4 (ODD4) Education 2030 ».

Monsieur Nedjadi MESSEGUEM, Inspecteur Général au ministère de l’éducation nationale, a intervenu dans la première Table ronde sous le thème : « La responsabilité et la redevabilité : diversité des approches », en mettant l’accent sur les points suivants, et ce, comme suit :

« Depuis 2003, année de la réforme du secteur de l’éducation nationale, une redistribution des responsabilités rattachée à la gouvernance scolaire a été opérée.

I. Sur le plan de la gouvernance

1. En 2015 le ministère de l’éducation nationale a avec les syndicats et les fédérations nationales des parents d’élèves signé “ la charte d’éthique du secteur de l’éducation “ ; résultant d’un processus de dialogue et de résolutions de problèmes piloté par le ministre de l’éducation nationale ;

2. L’obligation de rendre comptes de la gestion des établissements scolaires pour les directeurs à travers une série de textes réglementaires ;

3. Des efforts continus de communication permettant de réagir en temps réel pour résoudre les différends et isoler les fake news ;

4. Le renouement de la confiance de la société avec son école : Cette mobilisation de la société pour une exigence de la qualité est due essentiellement à la conviction de la légitimité du plan d’action que mène le ministère. L’instauration d’un climat de confiance est devenue un préalable à la poursuite de la réforme .

II. Sur le plan pédagogique

1. À partir de l’enquête nationale sur les difficultés d’apprentissage dans les langages fondamentaux : (langue arabe, mathématiques et langue française). Une stratégie est mise en place par la formation d’équipes pluridisciplinaires sur l’analyse des erreurs et le montage de dispositifs de remédiation afin d’aider les élèves en difficultés le plus tôt possible ;

2. L’orientation de l’évolution des missions du corps inspectoral : vers l’évaluation de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage et d’accompagnement des enseignants, plutôt que vers le contrôle seulement de la conformité vis-à-vis des normes réglementaires.

III. Sur le plan de la formation

1. Le plan stratégique de la formation : Un plan national de formation triennal touchant l’ensemble des acteurs du système éducatif pour renforcer la mise en œuvre de la réforme ;

2. La formation à la transparence et à la prévention de la corruption : Des programmes de formation à la prévention destinés aux agents publics de l’éducation nationale ainsi que la formation des enseignants à la sensibilisation des élèves aux risques sont mis en œuvre.

Madame la Ministre a entamé, Vendredi 04 Novembre 2017, une visite à l’école algérienne internationale accompagnée par l’ambassadeur d’Algérie à paris. Cette visite a permis d’évaluer l’état d’avancement des travaux entrepris en 2013 et des difficultés y afférentes dans une réunion tenue au sein de l’école.
Un échange a également eu lieu avec l’encadrement pédagogique et administratif sur la dynamique en cours à l’éducation nationale.

Par ailleurs, les Commissions « éducation », « sciences naturelles et exactes », « sciences humaines et sociales », « culture », « communication et information » continuent à se réunir durant toute la 39ème session de la Conférence Générale de l’UNESCO.

Il est à noter que les secteurs ministériels représentés pour prendre part aux travaux de la 39ème session de la Conférence Générale de l’Unesco sont :

• Ministère de l’éducation nationale ;

• Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ;

• Ministère de la communication ;

• Ministère de la formation et de l’enseignement professionnels ;

• Ministère de la jeunesse et des sports.